Work in progress

Les photos que je prends régulièrement depuis le début de ma reconstruction par Diep il y a bientôt 9 mois, me permettent d’apprécier le chemin parcouru. Quelques unes terriblement freak !
Et certaines promesses -des  « oh non, mais ça s’est rien »– s’exaucent. Une plus-value qui me redonne confiance.ATTENTION-TRAVAUX
L’assiette à soupe de la dînette commence un peu à ressembler à un bol, le sillon sous-mammaire moins irrégulier qu’après sa reprise, un gonflement qui disparait…

Il y a quelques semaines, j’ai accepté d’être filmée en vue d’un documentaire sur la reconstruction.
Afin de montrer ce work in progress.
Témoigner de cet entre-deux : plus une amazone, mais pas encore reconstruite vraiment.
Montrer que le chemin peut être tortueux, long, qu’il contient des déconvenues, des espérances. Qu’il faut s’accrocher, faire le deuil d’une poitrine qui serait comme avant le cancer, après avoir fait le deuil d’un sein.
Dire aussi que malgré tout, je ne regrette rien.

Montrer, dire, mais pas à n’importe qui.

Depuis la création de mon blog en 2009, je reçois régulièrement des propositions plus ou moins indécentes, de journalistes. Les blogs-témoignages sont un véritable vivier.
Après « Belle toute nue » de M6 (je ne connaissais pas, je n’ai pas été déçue !) et un projet d’émission sur l’ablation, apparemment jamais produite, il y a eu « Tous différents » de NT1 (je ne connaissais même pas la chaîne !) sur les grossesses à risque. Et évidemment « Toute une histoire », à deux reprises, mais je ne me souviens plus des sujets. Inutile de vous dire que j’étais vraiment dépitée que ces journalistes, qui disait avoir lu et apprécié mon blog, puissent imaginer 2 secondes que je me fourvoie dans une de leurs émissions à la gomme !

Et biensûr, la 5 avec le Magazine de la santé. Là, j’ai failli accepter (malgré mon aversion pour leur Michel !). Il s’agissait d’une grande soirée sur la maternité, dans la collection « Aventures de médecine« , pas encore diffusée. Mais non : Il fallait qu’une équipe vienne me filmer chez moi, avec mes enfants, etc. Négatif. Ils refusaient une « simple » interview.

Mais là, en juin dernier, c’était différent. Ce film auquel j’ai participé s’adresse à la communauté des malades, leurs proches, le monde médical.
Ce qui change tout.

Confiance nécessaire… Il m’a fallu lâcher prise, moi qui veut toujours tout maitriser. Et aussi quitter l’anonymat qui m’est cher.
Bon. On verra. Je vous tiendrez informé !

Plus d’infos ici.

Maj 01/10/2014 : Voici un lien vers le film auquel j’ai participé :
« Guérir le regard : se reconstruire après une mastectomie » réal. Caroline Swysen pour l’Institut Curie (oct.2014)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s