Travailleuse handicapée

Cela peut paraître vraiment contradictoire de devenir une travailleuse handicapée au moment-même où j’ai la sensation d’avoir restauré mon intégrité corporelle !

La Maison départementale des personnes handicapées a décidé de m’accorder le bénéfice d’une Reconnaissance de Qualité de Travailleur Handicapé pour une durée de 5 ans. Une RQTH. (plus d’infos ici)

Quel handicap mon médecin a-t-il fait valoir pour moi ? Les séquelles liées à mon curage axillaire et au risque de lymphoedème. Mon emploi nécessite quotidiennement un port de charges, et mon poste a été relativement aménagé afin que je porte vraiment au minimum du poids, depuis 2008. La médecine du travail à ma reprise avait bien noté cela et transmis l’info à mon directeur, il n’empêche, cette reconnaissance « officielle » enfonce le clou.

Pourquoi maintenant ? Et bien tout simplement parce que j’ai fait ma demande très récemment. J’avais toujours repoussé ces démarches, non pas parce que je ne voulais pas du terme d’handicapé, au contraire, la discrimination positive est plutôt une bonne chose. Non, juste parce que je ne saisissais pas ce que cela m’apporterait vraiment de plus.

Et puis à plusieurs reprises, mon employeur, une collectivité territoriale, a encouragé les agents qui pourraient y prétendre, à en faire la demande auprès de la MDPH. Alors je l’ai fait.

Démarches archi simples. Les questionnaires à remplir prennent 15 minutes pour le demandeur, et 6 minutes pour son médecin traitant, grand maxi.

Et le délai de réponse est d’un mois et demi (dans mon département en tous cas). Dingue !

Mon employeur est un samaritain ? Non biensûr. Il a lancé cette campagne d’info parce qu’il ne répondait pas à l’obligation de réserver 6% de ses postes aux personnes en situation de handicap. Il devait donc verser chaque année au FIPHFP (Fonds pour l’insertion des personnes handicapées dans la fonction publique) une coquette somme. Plus d’infos ici.

Et cette campagne de com autour de la RQTH a tellement bien marché qu’en définitive, plein de gens ont fait leur demande, et les 6% sont largement dépassé !

Donc concrètement pour moi et mon service, qu’est-ce-que ça change, cette RQTH ?
La reconnaissance de mon handicap me permet une avancée énorme : mon temps partiel est maintenant de droit. je n’ai plus à le négocier chaque année. Cette situation de mendicité m’était vraiment pénible.
Ce qui est regrettable, c’est qu’en 2010, alors qu’on me demandait de reprendre mon travail à temps plein, je suis allée voir la médecine du travail, et que la toubib de l’époque ne m’a pas du tout parlé de cette possibilité de RQTH, qui m’aurait alors permis de continuer tranquillement mon temps partiel. Par manque d’info, c’est sûr, car j’ai bien vu qu’elle était ennuyée de ma situation. (billet ici)
Autre temps, autres moeurs.

Par contre, la loi n’oblige pas mon employeur à compenser ce temps partiel par une embauche. Nous sommes 2 dans mon service à avoir la RQTH. 2 à bénéficier d’un temps partiel de droit. A nous deux, ce sont 50% de temps plein non remplacés. Ce qui porte sur les collègues, qui doivent pallier à ce manque. Pas très confortable, ni pour elles, ni pour nous. Sans parler de cette obligation de toujours devoir demander aux autres quand je dois porter du poids. Ce qui fait que souvent, je ne demande pas et le fais (et le regrette illico !). Peut-être mon statut d’handicapée va changer la donne. Moins de culpabilité pour moi, plus de vigilance pour les autres.

Je n’ai jamais eu de lymphoedèmes importants. (billets sur le sujet ici) Le chirurgien qui effectue actuellement mon DIEP va même jusqu’à dire que ma reconstruction, non seulement ne risque pas de créer de soucis de ce côté-là, mais peut même améliorer une circulation lymphatique.
On peut même aller jusqu’à une transplantation de ganglions (greffe) au moment de la reconstruction. Cela se pratique lors du DIEP dans les cas de lymphoedème sévère. (infos ici)

Je ne conseille pas à mes lectrices de faire cette demande de RQTH. D’ailleurs j’espère n’avoir jamais donné aucun conseil sur ce blog, mais seulement un témoignage. Chacun doit voir son propre intérêt en fonction de son handicap, sa profession, sa reconversion, etc…
Sur un forum, Beegee69 résume cela très bien : avantages et inconvénients, c’est ici. Et pour les demandeurs d’emploi ici.

Personnellement, je ne suis pas sûre d’avoir vraiment intégré cette donnée de travailleuse handicapée, j’ai même parfois la sensation d’usurpation d’identité, lorsque je me compare à des personnes souffrants d’handicaps majeurs…
Pfff, que c’est compliqué !

Lire ici l’avis du Comité Ethique & Cancer « Maintien et retour dans l’emploi : des avantages et des inconvénients pour une personne atteinte de cancer de se voir reconnue comme travailleur handicapé ».

Pour info, le formulaire de demande RQTH, c’est ici.
Le certificat à faire remplir par le médecin traitant, c’est .

Publicités

6 réflexions sur “Travailleuse handicapée

  1. chartres dit :

    J’ai lu ton commentaire avec intérêt .Certes, il est difficile de te rassurer , de te dire que tu n’as pas usurpé une identité ou un handicap …Le handicap , invisible parfois, est pourtant bel et bien là ! Nous n’avons plus de chaîne ganglionnaire, il y a un risque de « gros bras  » ( lymphoedème ) …Pour éviter cela, nous devons faire attention . Dans mon job, je ne soulève pas de charges et je ne pense pas pouvoir prétendre à ce statut …Mais toi, il semblerait que ta situation devienne plus « claire » vis à vis de ton employeur !Tu te rends compte, ton mi-temps devient enfin de droit ! Mesure l’impact de la décision !Plus besoin de te justifier …Certes, tu as également mesuré la contrepartie mais pour une fois, montre toi egoiste, pense à toi ! …Ton employeur , sous peu, admettra qu’il doit procéder à une nouvelle embauche !
    Fingers crossed !

    J'aime

    • Mélilotus dit :

      Merci Chartres pour ce mot, fidèle lectrice que tu es, contente de te savoir là 🙂 J’ai du coup rajouté à la fin de mon billet, des liens vers les formulaires, et aussi et surtout une réflexion du comité Ethique & cancer.

      J'aime

  2. Cathy dit :

    Je viens de recevoir l’accusé de réception de ma demande de RQTH. C’est le médecin de l’Education Nationale qui m’a poussé à la faire, pour pouvoir en effet demander un temps partiel de droit. Chez moi (Essonne), il faut compter dix mois pour avoir une réponse…
    Autant dire que j’aurai repris à temps complet bien avant…c’est juste une carte de visite qu’il me rassurera d’avoir sous le coude au cas où… dans les 5 ans à venir…
    Je t’avoue que même avec le lymphoedème, j’oublie d’être prudente quand je dois gérer le quotidien avec 28 petits élèves de 6 ans !
    J’attends de tes nouvelles côté DIEP, dis-nous comment ça évolue, es- tu satisfaite du résultat ? Pour moi, je ne suis pas prête du tout…
    Grosses bises, Mélilotus, bonne journée, et merci pour ton blog.

    J'aime

    • chartres dit :

      Tiens, tiens ….Je dépends moi aussi du même ministère mais je suis en collège et personne ne m’a suggéré a ce jour de demander un temps partiel.
      Ceci dit, j’ai la chance de ne pas avoir eu de lymphoedeme à ce jour . Par contre, une de mes collègue et amie a des problèmes d’amplitude au niveau du bras . Je vais peut être lui suggérer de se pencher sur le problème. Merci pour l’info et bon courage !

      J'aime

  3. IsabelleDeLyon dit :

    Je viens aussi d’obtenir enfin mon RQTH pour une durée de moins de 2 ans à renouveler et après un délai supérieur à 6 mois..
    Je dois faire un billet ici car le chemin pour arriver à me faire reconnaître handicapée au Rectorat n’est pas simple et j’ai découvert des alternatives au temps partiel de droit pour des types de personnel.
    Autre immense avantage, si tu restes RQTH, avoir le droit de bénéficier d’un départ anticipé à la retraite à partir de 55 ans et en attendant, mon employeur est obligé de surcotisé pour moi…
    Peut-être qu’on arrivera mieux à voir en moi une personne qui n’a pas la condition physique d’une personne en bonne santé et qu’on ne me dira plus bon week-end lorsque je pars en arrêt pour ma chimio

    J'aime

  4. ASK dit :

    Bonjour, je viens répondre ici à votre commentaire laissé sur mon billet au sujet de la MDPH. Il me semble que pour résumer, ce passage par la case MDPH a permis essentiellement de régler votre situation administrative par rapport à votre employeur tout en arrangeant bien ce dernier quant au taux légal d’emplois de travailleurs handicapés. Avec le recul que vous avez maintenant, vous seule pouvez répondre si cela a été une bonne chose ou pas, j’imagine et j’espère que oui. Dans votre cas, il y a bel et bien une pathologie qui peut entraîner un handicap et vous avez eu la sagesse de réfléchir à la démarche. Mon billet était plus orienté sur les enfants et tous ces « troubles du comportement » pour qui justement il me semble que les demandes MDPH se font dans la précipitation. C’est plus cela que je questionne sans être capable ni avoir la prétention d’y apporter la moindre réponse. Pour revenir à votre situation, il ne me semble pas y avoir d’autres possibilités que la case RQTH, mais on peut se demander si cette loi imposant ce taux de 6 % ne met pas une forme de pression sur les employeurs donc incite à fabriquer du handicap ? Tout cela est bien compliqué et parfois mieux vaut ne pas trop se poser de questions 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s