Faire confiance

J’ai donc décidé de me faire reconstruire. La méthode Couet « je vis très bien sans mes 2 seins » n’a pas marché.
J’ai vu un quatrième chirurgien, je m’étais promis que ce serait le dernier. S’il ne m’allait pas, alors, je devrai définitivement faire le deuil d’une nouvelle poitrine.

Miss Pas Touche éd. Dargaud

Miss Pas Touche éd. Dargaud

Ouf. Ca semble être le bon.
Un ultime échec aurait eu un goût amer. Rebrousser chemin n’aurait pas été chose facile.
Je me suis finalement adressée à un saint plutôt qu’au bon dieu beaucoup trop arrogant et colérique, en tout cas le jour où j’ai consulté. Je ne m’étalerai pas sur le sujet, pas envie de balancer, d’autant qu’il fait des miracles.
Mon choix s’est tourné vers un chirurgien beaucoup plus près de chez moi, conseillé par dieu. Pure folie de m’être imaginée que Paris était envisageable, pourtant à 600 km… : Pour ce qui concerne le DIEP, en plus de la première consultation, il faut retourner 3 fois sur place avant l’opération proprement dite. (RV angioscanner auprès une équipe associée, 2e RV pour interpréter les images afin de décider si la patiente est sujette à intervention, RV avec anesthésiste).
Sans parler des visites post-opératoires, avec ou sans complications…

Fatigue des voyages, coût des billets de train, temps, etc. Pas pour moi.
J’ai donc trouvé un hôpital à 2 heures de voiture.
Un bonhomme qui, sous ma pluie de questions techniques, m’a dit à un moment : « Ecoutez, je crois que si vous nous faites confiance, alors, il ne faut plus vous poser de questions et vous laisser aller. »
En effet, je blêmissais à chaque réponse qu’il me donnait sur des points de l’opération elle-même… Expliquer dans le détail une intervention de type DIEP est compliquée, gore, difficilement compréhensible.
Mon esprit se troublait tellement, je n’arrivais plus à intégrer ce qu’il m’expliquait.
D’autant que j’aurai droit à sa patte… Ce ne sera pas ma peau du ventre qui se trouvera au finish sur mon sein, mais bien celle de ma poitrine. Une technique qu’il me dit avoir inventée, et que lui seul pratique. Et qui évite l’aspect « patchwork », dû à une couleur et un grain de peau différent souvent visible sur une reconstruction par DIEP… En effet, la peau du ventre est différente de celle du sein.
Rien sur la toile à ce sujet. Faire confiance.
Ne plus poser de questions. Pour le moment en tous cas. En d’autres temps, je n’aurai pas eu envie d’entendre ce conseil que j’aurai jugé paternaliste. Mais en réalité, c’est exactement ce qu’il me fallait : poser mes valises, accepter de ne pas tout maîtriser.
Lâcher prise. Faire confiance.

Publicités

2 réflexions sur “Faire confiance

  1. Ghis dit :

    Bonjour,
    Contente d’avoir de tes nouvelles. Je pense que tu as fait le bon choix. Moi,
    sans mon sein cela aurait été très très difficile. J’ai eu une reconstruction immédiate (peut être l’ai je déjà dit lors d’un commentaire) résultat pas terrible surtout que la radiothérapie n’arrange pas . J’ai beaucoup espéré lors de la symétrisation, mais la encore déception. Finalement j’ai toujours un sein plus gros que l’autre, mais bon je préfère un petit tout moche que « un rien ». Je peux si je le souhaite me refaire opérer. Mais pour l’instant j’attend . Je te souhaite beaucoup de courage et surtout j’espère que tu nous donneras des nouvelles au fur et a mesure du parcours . Il te faudra du courage de la patience, car quand même 2 heures de voiture, ce n’est pas si évident. Biz .
    Ghis

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s