Le Sein social

Ce terme de sein social, je l’ai entendu lors du rendez-vous que j’ai eu avec un deuxième chirurgien-reconstructeur.
Bah oui, j’ai suivi le conseil que beaucoup m’ont donné, après la catastrophique consultation d’Ultra-Brite.

Je suis allée voir le deuxième chirurgien qui exerce dans mes parages. Après, il faut aller dans un centre régional. Son « concurrent direct » en somme. En clinique.DSCN1168
Malgré mes réticences. Ceci-dit, je l’avais vu dans une projection-débat sur la non-reconstruction chirurgicale justement, et son discours m’avait vraiment séduit. Il disait entre autres, qu’il avait pas mal changé au fur et à mesure de sa carrière, et que son désir de reconstruction, et de reconstruction perfectionniste (à défaut de parfaite !), s’était bien émoussé. Il disait écouter ce que la patiente voulait, et même si ce n’était qu’une bosse pour faire illusion…
Car c’est cela, le sein social. Du moins ce que j’en ai compris.
Ou disons que c’est le décolleté qu’on laisse à voir.
J’ai immédiatement fait mienne cette expression. Qui d’ailleurs n’est pas de lui. Il vient d’une étude de 2010.
Même s’il a dit que pour moi actuellement, « côté sein social, c’est la cata », et bien je n’ai pas pris la mouche.
Sans doute parce que l’autre, Ultra-Brite, avait essuyé les plâtres. Le premier m’avait appris que je ne pourrais pas bénéficier d’une reconstruction « light » (c’est-à-dire avec prothèse). Donc le plus dur avait dû être avalé.
Mais il n’y a pas que cela. Il est clair que la considération qu’il a eu pour moi, moi-personne, mais aussi moi-corps, a été totalement différente.
Il m’a très vite demandé de me déshabiller, tout en cherchant un feutre. Et tout en discutant, a dessiné sur mon buste, des courbes. C’est bête à dire, mais c’était agréable ! Il me redessinait un sein imaginaire. Je le voyais presque, le sentais presque. Ce type a eu le don de me mettre en confiance quasi-instantanément. J’en étais stupéfaite. De lui. De moi. Il est arrivé aux mêmes conclusions que l’autre. Sauf qu’il l’a fait avec tact, empathie, simplicité.
Il m’a montré une photo de buste de femme qui me ressemblait… Avant / après un TRAM. Dans d’autres conditions, j’aurai sans doute trouvé le résultat absolument moche et raté. Mais là, je trouvais que c’était plutôt pas mal…
Ce type avait réussi une sacrée prouesse, je suis sortie groggy de ce rendez-vous. Non pas la prouesse de la photo, mais celle de m’avoir élargi mon horizon.
Pourquoi y étais-je allée ? Pour avoir un deuxième avis ?… Pas tout-à-fait. Je me doutais que l’autre, avec ses 15 ans d’études, ne pouvait pas m’avoir fait un diagnostic en toc. Alors oui, enfoncer le clou peut-être, mais surtout ne pas finir sur cette note si néfaste pour moi. Pour être sûre d’avoir toute l’info possible de ce qui se pratique dans ma région. Pour comparer aussi public / privé…

Et confirmer ce que je pensais : un type qui refait majoritairement des nez, enlève des rides et des culottes de cheval ne peut pas fonctionner comme un type qui ne fait qu’opérer des tumeurs cancéreuses et refait des seins dans un centre dédié à ça.
Ceci-dit, tout en faisant mienne cette expression de sein social, je me suis dit : Mais alors, je fais ça pour les autres ?… Ca m’a fait drôle d’arriver à cette conclusion. Surtout que je sais que si je le fais, ce ne sera ni pour mon mari, ni pour les autres. Mais bien pour moi.
Bah, si j’en crois Cicéron, l’homme est un être social. La quasi-totalité des comportements humains sont déterminés par l’environnement social. Alors je ne vais pas essayer de lutter !

Ceci dit, il n’est pas question pour moi d’aller me faire charcuter par ce chirurgien, tout gentil qu’il est. Le TRAM me fait peur.
Mais alors, et maintenant ? Pour tout avouer, je vais aller encore plus loin dans mes recherches. Pour être vraiment informée de toutes les chirurgies possibles, et pas seulement celles que pratiquent ces chirurgiens. Je vais aller voir Dieu. Enfin façon de parler. Disons plutôt Diep. Le grand crac. A Paris. Je vous tiendrai au courant !

Publicités

7 réflexions sur “Le Sein social

  1. Cathy dit :

    Encore une fois, tu me montreras le chemin…
    C’est bizarre cette question que beaucoup me posent : »Vous allez vous faire reconstruire ? » alors que pour moi, sortie de tumorectomie, chimiothérapie, mastectomie et en cours de radiothérapie, l’idée du DIEP et autres prothèses n’est pas un objectif prioritaire pour le moment…
    Ma reconstruction, elle est avant tout identitaire, et je l’ai bien entamée celle-là, sans l’aide de médecins, mais juste en belle compagnie, amazones, blogamies, lectures existentielles , écriture à volonté.
    Mon ex-sein est très moche, plein de bourrelets de lymphe, mais je le regarde dans le miroir, c’est déjà ça. Et pour le regard des autres, entre perruque, faux cils, prothèse en coton, mitaine et manchon, je suis une femme bionique…Mais ça personne ne s’en doute, j’ai gardé mon naturel souriant !
    Bonne journée Mélilotus !

    J'aime

  2. Ghis dit :

    Bon courage dans tes recherches. Mon chirurgien m’a mis une prothèse le jour même de l’opération le résultat vraiment moche …mais bon j’ai un espèce de sein.. Plus petit que l’autre, et comme le décrit Cathy avec des petits bourrelets de lymphe. En voyant certaines photos par Diep ou par Tram , je me suis mise à regretter ma prothèse dans les mois qui ont suivi la pose. Mais je voulais tellement ressortir avec un sein… Enfin de toute façon , je pense que quelque part un faux sein quelque soit la méthode utilisé nous fait un peu oublier la maladie , de temps en temps. En tous les cas courage. À bientôt.

    J'aime

  3. Isabelle FERRER dit :

    Bonjour,
    moi j’ai eu un cancer du sein en 2005 avec mastectomie du sein gauche, chimio et radiothérapie apres.
    En novembre 2011 j’ai entreprie une reconstruction au centre léon berard à lyon la ville où j’habite .
    Mon chirurgien est formidable, la premiere opération à été le prélèvement du muscle grand dorsal ensuite en mars 2012 prise de graisse dans le ventre pour la mettre sur le muscle qui sert d »éponge pour donner du volume et en novembre il m’a encore remis de la graisse pour redonner du volume car la graisse part un peu et je dois me faire réopérer en avril 2013 pour qu’il me fasse le mamelon. Déjà je trouve que le résultat en bleuffant et sans mentir je crois bien que le sein reconstruit sera plus beau que le vrai!!!!!
    En tout cas mon chirurgien à vraiment des doigts de féé et comme vous dites il ne fait que des reconstructions dans un centre qui ne traite que des ccancers dont on est super bien pris en charge.
    j’ai vraiment hâte de voir le résultat final.
    En tout cas j’ai attendu longtemps avant de faire ma reconstruction mais je ne le regrette pas, il faut le faire au bon moment et la c’était le bon moment!!!!!
    Bon courage pour la suite et j’espère que vous trouverez un médecin comme le mien
    Bonne soirée Isabelle
    (j’espère avoir de vos nouvelles)

    J'aime

  4. LORETA dit :

    Je viens de découvrir votre blog. Comme vous et depuis 9 ans maintenant, je suis une amazone, une guerrière avec une traîne qui la suit. Jamais je n’ai laissé tomber les bras, jamais je ne me résignerai. J’ai pris la décision de ne pas reconstruire le sein droit mastectomisé par manque de courage et par peur des anesthésies et des opérations. Après tout, j’ai appris à aimer mon corps tel qu’il est et j’en suis très heureuse. Mais chacun réagit en fonction de son ressenti. C’est tellement personnel. Depuis 2004, j’en suis à ma 7ème chimio différente, ajoutée à l’Herceptin et maintenant dans un test clinique (22ème injection). Il faut ajouter qu’en 2006, des métastases hépathiques ont été détectées, ajoutées à des pancréatites à répétition. Malgré tout cela, mon sourire ne m’a jamais quitté, ni ma positivité, malgré des bas quelquefois. J’ai entrepris également d’écrire mon journal de bord mensuel dans lequel je me raconte, tout simplement. Parler de mon cancer n’a jamais été tabou. Je pense que c’est plutôt libérateur. Et pour toutes celles qui n’osent pas en parler ou qui n’en ont pas l’occasion, parce que l’entourage ne favorise pas ce dialogue, je me dis que chacune peut se rendre compte qu’elle n’est pas seule dans la bagarre contre le crabe. Un jour, Bob Marley a dit : tu ne sais pas à quel point tu es fort, jusqu’au jour où ta force devient ta seule option. Certains me disent que je suis très courageuse d’endurer tout cela. Mais non, je ne fais pas trop d’effort. C’est comme un instinct animal qui me pousse à aimer la vie telle qu’elle se présent à moi, à avoir des projets à court terme et surtout à me contenter des petits bonheurs au jour le jour. Je suis heureuse, bien entourée, des enfants, des petits-enfants et je croque la vie à pleines dents. Tout cela n’est qu’une question de tournure d’esprit, de verre à moitié vide ou à moitié plein. Si on levait une armée avec les amazones, les guerriers et guerrières du monde entier, quel bel acte de paix que de ramener le reste du monde à la raison et se battre pour des choses qui en valent la peine. Mais l’utopie fait aussi partie des actes qui font avancer.
    Je vous invite à me lire sur http://www.bestofverviers.be (rubrique « Les Gens » – sous-rubrique « Sur le chemin » et vous y retrouvez en parcourant la page les carnets de Loreta depuis presque 2 ans.
    Je vous lirai régulièrement car c’est un bel acte de partage.

    J'aime

  5. Liliane dit :

    Bonjour, je découvre votre blog. J’ai subi une masmectomie avec une reconstruction immédiate par DIEP en janvier 2011 et en suis enchantée. Les cicatrices au niveau du ventre et du sein sont superbes et le résultat est bluffant. Je ne me suis jamais vu sans sein et pour moi cela a été très important. Par contre je n’ai toujours franchi le pas pour l’aréole et le mamelon. Je ne suis pas encore prête pour me re-faire « charcuter ». Cela ne me dérange nullement , ni mon mari. Peut-être qu’un jour je me sentirai prête et le ferai?

    J'aime

  6. Jeannine Tebbani dit :

    Bonjour Mélilotus, ça fait un bail que je n’ai pas visité ton blog. Je vois que tout va bien pour nous. Je voudrais te dire que tu as fait le bon choix pour ton opération. Pour moi ce n’était pas possible car je n’ai pas assez de graisse sur mon ventre. Je le regrette parce que la reconstruction avec prothèse n’est pas agréable quand je suis couchée sur le dos. Dans cette position elle est tendue et forme une masse dure. Pour toi cet inconvénient n’aura pas lieu d’être, au contraire ce sera tout naturellement que tu percevras ton nouveau sein.
    Alors je te souhaite le meilleur et poursuit ta route dans l’amour.
    Jeannine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s