Des glaçons aux envies

Le cancer est très présent dans le cinéma ces derniers temps. Je suppose que cela ne date pas d’hier, et que c’est parce que je m’y ‘intéresse’ que je le rencontre souvent.

Il n’empêche. J’aime voir comment des réalisateurs en parlent, ce qu’ils veulent apporter, comment des acteurs ‘jouent’, les clichés qui sautent ou pas, …

J’avais envie de vous parler du ‘Bruit des glaçons’ (2010) car je n’en avais rien dit à sa sortie il y a un an. Et là, je l’ai revu, et je me suis de nouveau dit : Quel dommage !

En effet, j’adore ce film, ou plutôt l’idée. Franchement, quels dialogues extraordinaires. Et l’idée de Dupontel et Myriam Boyer, trop bien.

Mais là où le bas blesse, c’est le personnage féminin. J’ai beau être fan de Bertrand Blier, il pêche souvent côté rôle féminin, je trouve. Le personnage d’Anne Alvaro est horripilant. Et pour moi, gâche le film. Pour ceux qui ne l’ont pas vu, il s’agit d’une femme d’environ 50 ans, amoureuse en secret de son patron, habillée comme une veuve corse, ne sachant pas sourire, une espèce de serpillère silencieuse, et qui va elle aussi, voir débarquer son cancer. (Myriam Boyer géniale !)

Pourquoi avoir fait le choix de cette femme si servile ? Bon, plein de critiques ont trouvé Alvaro formidable. Mais quelle image véhicule-t-elle ?…

Le côté sentimental du film est à mes yeux d’un raté et d’un cul-cul, sans parler du fils ado too much.

Dommage, vraiment, car c’est quand-même un film formidable. La relation Dupontel / Dujardin est tellement bien vue et glaçante ! Brrr !

Autre film dont on a beaucoup parlé en septembre : ‘La guerre est déclarée’ (2011) de Valérie Donzelli.

Là, plus clairement, je n’ai pas aimé. Même si en y repensant, et surtout en en discutant avec d’autres gens touchés par la maladie, mon jugement se tempère. Mais je trouve vraiment dommage que le film exclut quasiment l’enfant et sa relation avec ses parents. En effet, le film ne montre presque que les adultes face au cancer. Pourtant l’enfant est forcément central. Le propos de Valérie Donzelli est de montrer un couple dans la tourmente, je sais bien. Mais je serais curieuse de savoir ce que des parents d’enfant malade pensent de ce film…

Cela me renvoie à un film (BO ici) que j’avais vraiment beaucoup aimé, et qui m’avais même heurté : ‘Comme une étoile dans la nuit’ (2008) de René Féret, magnifique et bouleversant, mais aussi sacrément dérangeant… Un extrait ici pour comprendre ce que je veux dire . Tiré d’une histoire vraie, c’est important de le savoir sinon on peut se dire, « c’est pas crédible ». Et pourtant…

Et magnifique ‘Restless’ (2011) de Gus Van Sant, où les personnages sont des adolescents, comme toujours ou presque chez lui. Tellement poétique, romantique, sans tomber dans le mélo facile. Plus une réflexion sur la mort que sur le cancer d’ailleurs. Envoûtant comme l’écrit Jean-François Rauger du Monde ici.

Et puis biensûr, il y a le film inspiré de ‘D’autres vies que la mienne’ d’Emmanuel Carrère que j’avais tant aimé, ‘Toutes nos envies’ (2011) de Philippe Lioret. Et bien, même si ou plutôt parce qu’il s’éloigne totalement de la Juliette du livre, c’est un très beau film. Très différent personnage féminin, qui ici, cache tant qu’elle le peut sa maladie à sa famille, pour ne pas déstabiliser l’équilibre existant. Alors que Juliette au contraire, évoquait volontiers son cancer, et demandait par exemple qu’un ami la photographie pour laisser des souvenirs à ses filles si jeunes…

J’ai été très touchée par son acharnement à vouloir préserver sa famille, allant jusqu’à choisir une maman et femme pour la suite… Carrère dit de ce film que c’est une magnifique trahison. En effet.

Pas encore vu ’50/50′ car il n’est pas passé dans mon patelin, y passera-t-il d’ailleurs ? Mais ça me dit bien…

Malgré tout, je dois dire que le film ‘Haut les coeurs’ (1998) reste mon film préféré. (Sans doute parce qu’il m’avait bouleversé alors même que j’étais une bien-portante !)

Et vous ?

Publicités

5 réflexions sur “Des glaçons aux envies

  1. yelena dit :

    Et bien, pour ma part, j’ai noté ceux que tu aimes, les trois derniers cités, et les louer dès que possible.
    Question : quand dans notre société va-ton appeler un chat un chat ???
    Il en va de même du cancer, on tourne autour du sujet sans vraiment vouloir l’aborder, sans parler des médias qui l’expédient en trois secondes, on pourrait croire que peu de gens sont touchés par le fléau, et pourtant, tout autour de moi, il n’est question que de cela.

    J'aime

  2. isasuisse dit :

    Je vais faire comme Yelena, je n’en ai vu aucun, mais j’ai adoré D’autres vies que la mienne, et trouve Mia Wasikowa très convaincante dans l’Alice de Tim Burton… donc je cours voir Restless!
    Merci de ce récapitulatif. Quant à moi, je crois que l’engouement pour le sujet-cancer au cinéma est récent; ds la génération précédente, c’était tabou, donc pas abordé.
    Ceci dit je m’étais fait la même réflexion que toi à propos des livres, dans presque tous ceux que je lis maintenant, on parle de qn atteint du cancer, ou de qn qui en est mort …. peur d’actualité,-(
    Bises suisses

    J'aime

  3. isasuisse dit :

    A propos de Hauts les coeurs, j’ai lu une interview de Karin Viard qui évoque ce film comme une étape décisive ds sa vie d’actrice. Seul le fait d’avoir été enceinte peu de temps après l’a fait sortir d’une torpeur et d’une angoisse qui ont persisté après le tournage.
    Une étoile dans la nuit: je viens de regarder la bande annonce, et j’ai aussi envie de le voir, vraiment, cet humour, il m’a été personnellement indispensable pdt les chimios., là il semble que le pers principal décide d’arrêter les ttt.
    A propos de 50/50: l’extrait rejoint des questions que je me suis posées sur la positivité qu’on acquiert quand on a la tête ds le guidon, ce que dit la psy vs ne pouvez rien changer à la situation, mais vs décidez de quelle façon vs la vivez.

    Sinon, ds un registre assez différent, tu connais la série Breaking bad, où le héros, un prof de chimie atteint d’un cancer du poumon décide de se lancer ds la fabrication et le commerce de méthamphétamines? Très bien, plein d’humour noir, si on passe sur qques scènes trop gore!

    Bonne semaine, bises suisses

    J'aime

  4. isasuisse dit :

    Je viens d’aller voir La guerre est déclarée de Valérie Donzelli, avec elle et son partenaire Jérémie Elkaïm; à voir, absolument, je n’en dis pas trop, mais c’est une réussite:
    -ces jeunes parents confrontés à la maladie de leur bébé nous mettent bien entendu face à la plus horrible de nos peurs: qu’un de nos enfants soient touché à son tour par le cancer
    -c’est juste et plein de nuances: pour les autres, même pour les parents, la vie continue, en particulier avec une histoire d’amour magique; c’est gai aussi et déjanté
    -la musique, la musique, la musique, bien choisie, parfois à contre emploi, il y a du rythme, des courses sur fond de couloirs d’hôpital
    -c’est tellement parfois ce que j’ai vécu moi-même….

    A voir, en emmenant ses kleenex.
    ça remet à leur place les vraies priorités, et relativise encore

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s