PAC

Ca y est, je l’ai rendu.

Et bien, c’est franchement moins douloureux dans ce sens-là. J’ai repris mon vélo aujourd’hui, quatre jours après donc, moi qui avais anticipé une incapacité aspiro/vélo/boulot… Enfin, pour le travail, ils ont eu la grande gentillesse de m’accorder une semaine, c’est vraiment cool. Parce qu’au téléphone, la secrétaire m’avait dit que ce n’était pas sûr que j’ai droit à un arrêt maladie, parce que « c‘était vraiment rien comme intervention »...

En même temps, il faut ménager le côté fraîchement opéré (attention à la cicatrice), et ne pas tout reporter sur le côté anciennement opéré (attention au lymphoedème). Quelques jours seulement, parce que c’est assez intenable !

J’ai été opérée par une femme, tout comme pour ma mastectomie. Ce métier tendrait à se féminiser ou c’est un hasard ? Etre une femme, c’était son seul intérêt à cette chirurgienne, car pas spécialement sympa, à vrai-dire. Pas comme cet infirmier extraordinaire qui m’a assisté toute la durée de l’intervention. Il m’a fait oublier tout le reste : les heures d’attente, le bruit du bistouri électrique,  la chirurgienne qui bataillait pour enlever le bidule, …

Parce que je croyais que cela se faisait en 2 coups de cuillère à pot, moi. On ouvre, hop, on retire, hop, on referme. Mais non, le boitier est fixé par 3 sutures qu’il faut retrouver pour les sectionner. Bon, je n’ai eu aucun détail sur la chose, et tant mieux car j’aurai forcément pas trop aimé, mais il semblerait que plus c’est ancien (4 ans pour moi), plus c’est difficile à retirer…

Quand j’ai parlé – un peu – autour de moi de cette intervention, unanimement, les gens ont d’une part, été surpris que j’ai encore ce truc, très méconnu d’ailleurs mais tant mieux pour eux, et d’autre part, ont été soulagé d’apprendre que j’étais tirée d’affaire. Je n’ai pas toujours pris la peine d’expliquer que c’était ma volonté et non celle de l’oncologue. Car ensuite, souvent, on me disait « mais alors pourquoi tu l’enlèves ? Il te gênait ? »

Non, il ne me gênait pas. Il ne se voyait même pas. J’ai pris en photo mon buste juste avant, pour voir, mais non, pas l’ombre d’une bosse, rien. Juste une petite cicatrice un peu moche mais cachée par mes bretelles.

Mais alors pourquoi ?… Je savais que ça me ferait du bien de l’enlever, tout en sachant que ça ne changerait pas vraiment les choses. Juste un peu peut-être.

Un peu comme lorsque l’on grimpe à la Soufrière en Guadeloupe, on est presque sûr qu’on ne verra pas le sommet, quasi toujours sous les nuages. Mais on y va quand-même, avec l’espoir que cela se dégage, et puis c’est pas grave, ce sera bien malgré tout.

Et effectivement, c’est bien.

Publicités

10 réflexions sur “PAC

  1. Marielea dit :

    A toi les petits tops ! Je l’ai quitté il y a quelques tempqs déja.. chez moi, il faisait une « bosse » très inesthétique.. quant à l’ablation, avec une neurolept.. aucun souvenir.. et comme dit très sagement Isabelle, un peu moins de cancer -en-toi, c’est génial.. parce qu’ avec octobre rose, IL occupe toute la place 😉 trop en ce qui me concerne .. mais ce n’est que mon avis ❤ Bises.

    J'aime

  2. yelena dit :

    Et bien, voili, très bien que cela soit parti ! Plus on attend, plus dur c’est ??? Pour ma part, deux ans, donc je vais faire comme toi. Tu ne m’étonnes pas quand tu dis que ce n’est pas rien, je me souviens du trifouillage lors de la pose… Bien Méli!! Contente pour toi. Bizzz

    J'aime

  3. catali dit :

    Bonsoir Mélilotus,
    Voilà déjà 2 ans que je vous lis et je souhaitais vous remercier de partager tous ces moments avec nous. Actuellement élève infirmière, j’ai pu assister à une ablation de PAC chez une femme dans la même situation que vous aussi votre article « me parle » particulièrement aujourd’hui. En effet, cette patiente m’a également chaudement remerciée pour ma présence « chaleureuse et écoutante » (je la cite) Elle m’a trouvée bien renseignée et pertinente tout au long de notre entretien. Je lui ai donnée mes sources en la matière ;)) votre blog ainsi que que celui d’isabelle de lyon …. c’était juste pour vous redire un grand merci pour mon « éducation » et continuer de vous souhaiter ‘bonne vie’.
    Meilleurs sentiments,
    Catali

    J'aime

    • Mélilotus dit :

      Très très touchée par ce message de quelqu’un de l’autre côté de la barrière (barrière ?). Que vous preniez le temps de nous lire, en plus de vos cours, que nos expériences puissent vous aider à aider à votre tour, c’est formidable 🙂

      J'aime

  4. NIC dit :

    Par l’intermédiaire du blog d’isabelledelyon, j’ai découvert le vôtre…..et oui, forcément, nous créons une chaine, virtuelle certes, mais qui fait tellement du bien! J’ai rencontré les mêmes difficultés lorsque ma CEP a été retirée pourtant seulement 1 an après l’ablation du sein. L’interne transpirait ….et moi aussi ! travailler sur la respiration est alors là INDISPENSABLE car j’ai crû un moment me sentir mal…. adhérences sûrement, car elle a dû « trifouiller » pendant plus d’une heure pour décoller ce boitier pris dans les chairs…. BREF, une chose en moins qui se rappelait souvent à moi douloureusement ( câlins de mes petites filles, ceinture de sécurité…)
    Une chose est sûre : « on ne nous dit pas tout » avant d’enlever l’intrus!!
    A +
    NIC

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s