Rechute

Je suis très affectée par l’annonce de récidive de David Servan-Schreiber.

Que dire de plus que ce que je lis depuis lundi ?

Je me sens très proche de tous ces témoignages de sympathie qui utilisent les même mots que je pourrais écrire, de ces gens qui ont vécu le même enthousiasme à la lecture des livres de DSS, qui
ont réussi à rebondir, comme moi,  grâce à lui. 

Une communauté.

Comme au bon temps de guérir.fr. Il y a quelques années.

Oui, je dis bon, les anciens ne me contrediront pas, je suis sûre…

L’époque des possibles, de l’échange de trucs, astuces, des découvertes, conseils, coups de gueule, enthousiasme, chaleur, amitiés, réconfort, espoir, partage.

Si l’équipe d’oncologie m’a sauvé physiquement, Anticancer m’a sauvé intimement.

Après, le reste n’a que peu d’importance.

Médicalement utile ou inutile, pas ça le problème, je vois bien qu’il m’a été utile.

J’entends beaucoup ces temps-ci adeptes de DSS et oui, adepte, adopte, c’est ça. Ca fait secte ? Pas grave.

Adopter ?

Adoptée.

Il existe comme une famille autour d’Anticancer.

J’ai lu ‘On peut se dire au revoir plusieurs fois comme une lettre écrite par un proche.

Ca ne m’était jamais arrivé pour un livre.

La mort y est longuement abordée.

Et une fois de plus, il nous montre un chemin possible.

Publicités

6 réflexions sur “Rechute

  1. IsabelleDeLyon dit :

    Comme toi, je suis très attristée par ce cancer qui revient à la charge sur DSS. Il a donné de sa personne, communiqué son goût pour la vie, nous a influé de l’optimisme, l’envie de s’en sortir,
    d’être un peu plus acteur de notre maladie et le voilà proche d’une fin que je ne souhaiterais à personne. Vraiment triste

    J'aime

  2. Dupont dit :

    gardons espoir , David va se battre et ne pas jetter l ‘éponge ,il a encore des ressources et ont est nombreux a pensée a lui et travailler avec nos ondes telluriques . 

    J'aime

  3. yelena dit :

    Tu viens d’écrire un très bel article, Méli.

    Ce que tu dis  me va droit au coeur . Tu trouves le bon ton. Je lirai son livre. Comme j’ai lu les autres. Il est des nôtres. On ne parle pas à l’imparfait. Il est là, et très lucide, pour
    le moment.

    David, si vous lisez Méli, nous vous aimons, vous nous avez tant donné.

    J'aime

  4. isasuisse dit :

    Oui, quel article lumineux, Méli, merci.

    Je fais partie de la même famille que vous, et j’ai appris avec bcp de tristesse cette grave récidive. Je n’ai pu lire que des extraits du livre et une interview ds Le Nvel Obs … quelle belle
    leçon de vie encore…j’admire la paix, la mesure et la sincérité qui se dégagent des extraits et de l’entretien.

    Quelle belle personne… comme à toi, Méli, il m’a tant apporté et je suis persuadée que ses conseils ont rallongé et rallongent encore sa vie, et peuvent tant apporter.

     

    J'aime

  5. jeannine tebbani dit :

    Bonjour sur ton blog, Mélilotus, je suis émue par ce que vous tous dites à propos de DSS. Il a réussi sa vie même si son cancer devrait être le plus fort. La maladie est toujours un moyen de nous
    faire grandir. Il a, pour sa part, donné de la joie, de l’espoir, de la vie en somme, d’abord à lui-même et à nombre de personnes qui se sentent agressées et envahies par le cancer. Il voit
    maintenant son cancer, son évolution et sa fin avec acceptation et sérénité. Il est un exemple pour tout le monde comme Bernard Giraudeau. Il peut se regarder en face et s’accepter. L’important
    dans la vie est effectivement le chemin parcouru et non le but.

    J'aime

  6. Cathie dit :

    très beau et émouvant billet… on peut tisser des liens d’une folle proximité même par la pensée. Tendre bise la Méli !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.