Je hais les palmarès

Ces deux revues aux titres racoleurs sont sorties précisément le mercredi 22 septembre 2010.

Elles sont connues pour se livrer une bataille sans merci, en voilà une nouvelle fois la preuve.

(Remarquez au passage le même rouge, le même jaune… C’est très moche, et j’ai hésité à illustrer mon blog avec !)

A quoi ça sert ?

A quoi ça sert de savoir qu’on soigne ‘mieux’ à Bordeaux qu’à Strasbourg, quand on habite Marseille ?

On est bien content pour ceux qui habitent Bordeaux, ok, mais après ?

A part les équipes médicales concernées qui peuvent effectivement en tirer une certaine fierté, nous, pauvres patients ?

Méli elle a quand-même cherché, sans trop y croire, un hypothétique classement, même minable de l’hôpital qui l’a sauvé, mais rien. Argh ! Alors forcément, ça m’a fichu en rogne, parce que je le savais bien qu’il n’y serait pas.

Attention, ne vous méprenez pas. Je ne suis pas déçue par ces palmarès à la noix mais par ma faiblesse, grrr !

Evidemment qu’on n’est pas soigné partout de la même façon, qu’il existe des centres spécialisés, des toubibs meilleurs que d’autres, etc…

Et alors ?

Quand j’ai appris mon cancer, un membre de ma famille travaillant dans un CHU, m’a conseillé un service à Lyon.

2 heures de voiture.

Loin et pas loin.

Mais franchement, j’avais une ENORME envie de croire à l’équipe de mon CH – même pas U -, parce que c’était plus simple.

Je suppose que cela peut paraître bien peu réfléchi de voir les choses ainsi, quand il s’agit de sauver sa peau.

Ca doit être ma tendance locavore !

Biensûr que si les choses avaient moins bien tournées pour moi, je serai peut-être allée voir ailleurs, plus gros, plus loin, plus réputé.

J’aurai sans doute feuilleté fébrilement le Point ou l’Express.

Les choses ont bien tournées pour moi, alors je fais ma frimeuse qui se fout des palmarès.

…Dire que ce sont des magazines qui vont finir sur des tables basses des salles d’attente de services d’oncologie !

Spéciale dédicace à tous les malades du tiers-monde.

Publicités

5 réflexions sur “Je hais les palmarès

  1. catherine dit :

    coucou Méli,

     

    Fervente parisienne depuis ma naissance, j’avoue ne jamais avoir pensé à l’impact que pouvaient avoir ces palmares sur les personnes éloignées des grands centres. Ton post m’a fait sacrément
    réfléchir et je pense que tu as parfaitement raison.

    Il ne sert à rien de savoir que ton CH (-U ou pas) est classé dans les meilleurs l’important est la façon dont tu as été soignée. De plus, ne sont pris en compte que des critères de quantité
    (puisque un chu recevant 10 000 malades sera de fait mieux classé qu’un autre qui en soigne la moitié) et pas (ou moins) des critères de qualité.
    Bien entendu on peut concevoir qu’un hopital pratiquant 5 000 radiothérapies par an sera plus performant que celui qui en pratique 500. Mais ce n’est pas gage de guérison, en tout cas à notre
    échelle humaine. Le confort que tu as retiré en évitant des allers retours fastidieux et fatigants est un plus à prendre en compte.  

    Bref merci pour ce post, je regarderai dorénavant avec un regard plus critique ce genre de publication.

    Gros bisous

     

    Catherine

    J'aime

  2. chartres dit :

    Lorsque le cancer m’a été annoncé, j’ai fait le choix, sur le conseil de mon mèdecin, de faire confiance à l’équipe de mon centre hospitalier qui lui non plus n’a pas de U!

    Mes amis m’ont souvent dit: »enfin, pourquoi ne pas être allée à Paris!, c’est à 1h d’ici! ».C’est vrai mais mon abattement était tel que je me demandais comment je supporterai ces usines à
    cancer.J’en ai parlé au chirurgien qui m’a répondu: « si nécessité, nous n’hésiterons pas à vous envoyer à Paris »…

    Je n’ai jamais, à ce jour,  regretté ce choix! Mon oncologue intervient aussi à Paris et mon hôpital est en « réseau » avec un hôpital parisien.

    J'aime

  3. chartres dit :

    Pour conclure mon précédent message, je déteste moi aussi ce type de classement dont les critères sont difficilement quantifiables .Depuis que je suis malade, je me refuse à investir dans ce type
    de publicaton qu ressort pratquement tous les ans!D’autres hebdomadaires titrront bientôt sur le sujet!Ensuite, ce sera le tour des lycées, des facs etc…Ces titres sont très vendeurs!

    J'aime

  4. halize dit :

    oui comme le dit Chartres c’est trés vendeur

    Octobre rose aussi et mêm que je m’énerve de plus en plus à l’arrivé de se deferlement de rose

    J’ai fais le choix contraire, j’ai fait les Km pour aller ou je me sentais le mieux et c’est bien ça l’important.quand la radiotherapeute a voulut que je fasse les rayons à 5OOm de chez moi j’ai
    dis OK puis je n’ai plus dormi……….

    donc je suis repartie à Rennes pour les faire!

    je crois que l’important c’est de s’écouter encore un fois je suis passée pour une folle. pour etre resté local, on vous mets la pression et moi c’est l’inverse…….LOL……

    Je crois qu’a travers tous ces conseils ce sont les peurs des autres qui remontent et leur envie de nous voir soignés « au mieux » ( d’aprés eux!!)

     

    bisers à toutes

     

    J'aime

  5. yelena dit :

    Le mien n’y figure pas non plus, il faut dire que dans mon affolement, j’ai laissé choisir »mon gyné » puis « le chirurgien » qui m’a quasiment imposé le choix. J’ai malgré tout, je pense, été bien
    soignée. Mon seul doute : fallait-il l’ablation ? trop tard….BZZZ Méli

    J'aime

Les commentaires sont fermés.