100ème billet

Je vous décris la scène :

Magnifique petit village. Ruelles charmantes comme la Provence sait y faire.

Mon chéri et moi, tous les deux, sans enfants, archi-rare, on vient de s’installer à la terrasse d’un restaurant plutôt sympathique.

Nous sommes venus en tandem, on affectionne ces rares petites ballades avec ce drôle de vélo qui permet de nous ‘égaliser’ un peu. Mon chéri n’est pas obligé de m’attendre dans les cotes, et moi,
je ne suis pas morte en arrivant.

Bref, merveilleuse soirée qui commence.

Lorsque soudain, je vois mon oncologue, là, avec son mari, ses gosses, et qui vient manger au même restaurant. Nan !

J’y crois pas. 

Elle ne m’a évidemment pas reconnu.

Ils s’installent à une table derrière moi.

Glups.

La fin du repas arrive, et pendant que je vais payer l’addition, mon chéri va la voir.

Et quand je reviens, il me dit : « Mais vas-y, voyons, ce serait trop bête de ne pas la saluer, ça lui fera plaisir, je suis sûr… »

Je me retourne, lui fais un furtif coucou et part avec mon chéri en marmonnant : « Heu non mais là, elle est en week-end, elle a autre chose à faire, et puis elle ne me reconnaîtra pas, et bla bla bla ».

En fait, je fuis. Je fuis mon cancer.

C’est idiot mais elle EST mon cancer personnifié ! *

Soudain je l’entends, elle m’appelle dans la ruelle. Je me retourne, elle arrive en courant.

Elle s’excuse, moi aussi. Comme deux ronds de flan, l’une et l’autre, moi plus.

Je bredouille que je ne voulais pas la déranger, elle en famille et tout, et elle me dit qu’elle ne veut pas m’importuner, et qu’elle comprend que je ne sois pas venue, que j’ai envie de penser à autre chose…, enfin voilà.

   * Cela m’a fait pensé au prochain film audacieux de Bertrand Blier ‘Le Bruit des glaçons’. Je languis sa sortie car déjà les extraits me ravissent !

Publicités

3 réflexions sur “100ème billet

  1. Marielea dit :

    Bonjour! « amusante » cette rencontre.. cela m’évoque un souvenir de ce style : durant la chimio, nous étions sur le quai pour accompagner fils-ainé qui repartait à Paris.. déja tristounette.. et
    là, gree…  que vois-je?  l’oncologue, dr S… mon sang se glaçat dans mes veines.. nous échangeâmes quelques mots du style:  » vous aussi vous avez votre fils qui étudie à Paris ? moi,
    c’est ma fille..  » et je me suis « payé  » un rhume juste pour la soirée (le lendemain , plus rien!!) .. tellement j’avais pris le froid …  Belle journée à toi, Méli

    J'aime

  2. yelena dit :

    Coucou Méli !!! Mais ce sont des gens comme toi et moi, ils ont tout simplement une fonction dirais-je très particulière et pas facile. Mais je comprends ton attitude, je serai timide aussi. mais
    que tu penses qu’elle est ton cancer personnifié, nan, encore que l’autre jour en revoyant mon gyné, j’y suis allée à reculons car tout avait commencé là, et il n’y est pour rien. Mais j’ai relu
    ton entretien , on ne m’a jamais parlé d’années, si, on m’a dit, passé le cap des cinq ans, c’est bien, sans plus car ils ne peuvent savoir. Alors, j’en suis à peine à un an, je ne vais pas me
    faire des cheveux gris, et pour cause ils le sont …..

    Quand l’herceptin cessera je me sentirai peut-être moins protégée.

    Pour le film, je n’en sais rien. BZZZZ Y

    J'aime

Les commentaires sont fermés.