Miss wok

Le premier,

je l’ai acheté chez un chinois. J’ai eu un petit topo au moment de mon achat, sur les précautions à prendre lors de la première utilisation…

Bof, bof, le gentil monsieur avait un trop fort accent, je n’ai pas dû faire comme il faut. Ca accrochait un max’, résultat, on mangeait des petits bouts noirs qui se décollaient à la cuisson (mais pas au lavage, grrrrrr). Poubelle.

Le second,

il me fût offert par ma mère, une inconditionnelle de Téfal, donc … un Téfal. J’avais grincé un peu des dents, mais bon, un Téfal neuf, mince, ok.

Même si personne n’utilise, « juré craché j’te jure c’est pas moi« , d’ustensile qui puissent rayer ce foutu téflon, il a vite été entamé. Alors pas de quartier, poubelle.

Le troisième,

pfff, ni Téflon, ni chinois, il a tenu quelques mois avant que l’intérieur parte en petits bouts, laissant apparaître l’alu.
Poubelle !

Le quatrième,

je me suis dis : je l’achète une fortune, du super costaud, la vie des rats, super écolo, super tout, parce que ça commence à bien faire. En céramique, cette fois.

Résultat : génial ! Et pas si cher que ça.

Moi qui cuisinais pas mal au wok, alors là, en ce moment, c’est 3 fois par semaine, mais c’est tellement sympa.

Hum, les dégradés de vert quand on fait cuire des brocolis, avez-vous déjà vu ça ?

Les avantages :

Super rapide.

Franchement ludique et sympa à faire avec les enfants : choisir des légumes, les couper en petits bouts, réfléchir à l’ordre de cuisson selon la dureté des aliments, mettre des sauces exotiques, des épices, dresser une jolie table avec de la vaisselle chinoise, manger (ou essayer de) avec des baguettes,…

Bon, passons aux inconvénients : mon fiston est très difficile côté bouffe, alors forcément, la moitié des ingrédients, il les trie, j’aime pas ci, j’aime pas ça, ça fait des tas au bord de l’assiette, ça énerve sa mère, ça met des plombes à finir son assiette.

Mais je ne désespère pas. Il finira par aimer, non de non !

Au début, j’étais avec des bouquins et tout. Mais fallait toujours une tonne d’ingrédients que je n’avais pas. J’ai laissé tombé, et je fais comme le cuisinier suédois du Muppet Show, au feeling !

3 légumes au fond du frigo, et hop, tu peux te lancer.

Mes spécialités : légumes croquants au soja, boulgour à la libanaise, riz cantonais, poulet au curry.

En Asie, c’est parfois le seul ustensile de cuisson, cette idée d’objet unique me plait bien.

J’adore regarder des pros cuisiner au wok. C’est assez éblouissant.

Quand couper un chou devient un art : ici

Et la fabrication des nouilles, de la folie ! J’ai vu ça à Shanghaï, et comme sur cette vidéo, le cuisinier prenait un réel plaisir à faire son numéro. Ca, je me lancerai pas.

Et aussi assez croquignole de regarder des émissions de cuisine du cru, comme

Allez, encore un lien pour celles qui apportent leur déjeuner au travail, une boutique en ligne de superbes bentos.

Quant à mon wok, le voici.

Publicités

2 réflexions sur “Miss wok

  1. yelena dit :

    Ah oui, les poêles et leurs revêtements, tout un poème.
    Les vidéos sur le découpage du chou, j’ y laisserai tous les doigts, les pâtes : magique !!! l’autre, j’ai pas aimé , d’abord on ne comprends rien, ensuite le touillage de la viande, beurk….(je
    n’aurai pas pu être bouchère, ni d’ailleurs travailler dans le domaine médical, il n’ y a aucun rapport, quoique .., vaut mieux pas assister et être endormie dis-donc! pas pour moi), mais c’est
    vrai, suis pas un cordon bleu.Je suis un peu comme toi, j’improvise et je vais m’acheter le livre des recettes de cuisine de Beliveau.
    Et le ton pour ton fils, j’ai été élevée légumes en masse, et puis … Moins plus tard, à cause du travail, mais bon, je me rattrape, et la petite indication boîte à bouffe pour reprise boulot,
    oui, bonne indication.

    J'aime

  2. chartres dit :

    Je ne cuisine pas au wok mais ce qui me plait dans ton commentaire, c’est avant tout l’idée de l’objet unique de cuisson dans une cuisine. A nous la place dans les placards et finie la corvée du
    rangement!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.