poisson d’avril ?

Le premier avril me ramène à cette petite anecdote vécue il y a 2 ans.

On était mi-mars, j’étais à mon rendez-vous hebdomadaire avec le radiothérapeute. Rendez-vous qui consistait à jeter un oeil sur la partie irradiée et me demander si tout allait bien, donc 5 minutes à tout casser…

moi : – Je termine mes rayons le 27 mars, et mon arrêt maternité s’arrête le 31 mars, donc, si vous pouviez me faire un arrêt de travail d’un ou 2 mois… (rappelez-vous, la petite fourmi toute coincée qui ose à peine commencer un arrêt maladie…)
lui : – Il n’y a pas de raison de faire un arrêt maladie, vos traitements seront terminé. Vous pourrez reprendre votre travail le 1er avril. Mais madame, vous n’avez qu’une irradiation du sein. (ça s’appelle ‘la phrase qui tue’ ou je ne m’y connais pas.)

Glups.
Même pas un poisson d’avril.
Heureusement, j’ai eu une prolongation via mon médecin traitement, évidemment.
Alors vous me direz que ce n’est pas à lui, homme débordé, à régler ces paperasseries administratives, vu le tas d’éclopés qui attendent dans la salle d’attente justement, oui… oui…

Pourtant, il aurait suffit d’un :

« Oui, je comprends, vous avez besoin de souffler un peu avant de reprendre votre travail, l’accouchement, les traitements, tout ça. Mais je préfère que vous voyiez votre médecin traitant, si ça ne vous dérange pas. »

Ca prend le temps de le dire, renvoi d’ascenseur à un confrère, un brin d’empathie, et hop, il pouvait passer au patient suivant, mais non.

Ah si la vie, c’était comme à l’hôpital Hilltop

Vous connaissez ? C’est une série d’animation 100% française, gentille parodie d’Urgence : une équipe médicale adorable pour expliquer à nos petits bouts comment ça se passe à l’hôpital.

5 réflexions sur “poisson d’avril ?

  1. yelena dit :

    Oui, la phrase qui tue, dis donc… Il y en a qui ferait mieux de s’abstenir.Non, pour eux, la reprise immédiate du travail ça équivaut à une cure pour te « retaper physiquement et psychiquement »,
    ils n’ont pas trouvé mieux en France. Je n’ai rencontré cette absurdité qu’au début de ma maladie, là où tout s’écroule.Maintenant, je sais que c’est le rôle du médecin traitant, POURQUOI ? Je n’en
    sais rien. C’est lui qui fait les arrêts de travail, tiens, je lui demanderai pourquoi.BISES

    J'aime

  2. IsabelleDeLyon dit :

    Incroyable ce manque d’humanité…
    Tout ça pour être réglo avec la sécu ou tout autre vraie raison tellement éloignée de tes préoccupations…

    J'aime

  3. Anne dit :

    Je ne pense pas que le radiothérapeute soit notre interlocuteur privilégié au cours de notre parcours cancéreux…C’est avant tout un médecin technicien qui nous applique un traitement, ce n’est
    pas un communiquant, ni une bonne oreille. Du moins, c’est mon ressenti.

    J'aime

  4. Anne dit :

    D’accord, je ne savais pas et ça change la donne. Si j’ai bien compris tout ce qu’on m’a dit (car mes neurones sont encore un peu en bouillie), le suivi « post traitements » sera effectué
    conjointement par ma gynéco et mon oncologue. Le chir, je ne l’ai pas revu depuis la fin du suivi post op,(6 mois) et je ne crois pas que je le reverrai (sauf récidive évidemment…), et la
    radiothérapeute, je ne l’ai jamais vue (j’ai loupé le RDV qui précède le traitement et depuis le début de la radio, j’ai vu une fois une interne, RDV express parfaitement inutile).

    J'aime

Les commentaires sont fermés.