MDA est morte

Mda est morte Vendredi.

Je suivais son aventure cancérologique, comme beaucoup.
Elle la décrivait vraiment bien.

Je m’étais dit en juin 2009, mais jusqu’où irait-elle ? On s’est tous dit ça.
Elle n’a finalement pas écrit jusqu’au bout, mais elle a tout dit, je crois.
Sans pathos, comme ça, là, franco, avec une écriture très épurée. Toujours journalistique, même quand elle parlait (un peu) d’elle.

Au point que personne ou presque dans ses commentaires, n’osait la tutoyer. Très rare dans la blogosphère, non ?
Toujours une distance.

Un feuilleton aux multiples rebondissements, ce blog. Mais aussi et surtout une longue descente aux enfers, suivie par des milliers de gens. Etourdissant. Enfin je dis longue, c’est faux.
Terriblement courte finalement.
A chaque nouvel examen, un mauvaise nouvelle…
Franchement, aucun scénariste n’aurait osé.
Le cancer si.

Alors était-ce du voyeurisme ?
Oui quand-même un peu et non, parce que MDA était journaliste, alors elle maîtrisait sa plume.

Quant à la question, suis-je maso ?…
Je ne suis pas sûre que regarder seulement vers la vie youp-là-boum soit le bon chemin vers un peu plus de sérénité.
Montaigne disait qu’il faut préméditer la mort pour mieux vivre.

On aurait quand-même bien aimé une happy end.
Déraisonnable, je sais.

Publicités

5 réflexions sur “MDA est morte

  1. Isa dit :

    Je sais Melilotus c’est dûr

    Moi aussi je lisais très régulièrement MDA, attirée par la puissance de ce regard qui m’avait intrigué en une de Libération.

    Je guettais ces derniers jours des nouvelles, n’ayant pas plus d’espoirs que la libération…

    Je pense effectivement comme Montaigne c’est en regardant à la fois vers la vie et vers la mort qu’on atteint la vraie sérénité et qu’on apprend à savourer la vraie vie…

    Courage, je sais la mort de MDA est dure. Ca me rappelle le jour où j’ai lu le livre de Emmanuelle Carrère « D’autres vies que la mienne….  » et où je suis tombée sur les pages de cette jeune maman
    de trois enfants agonisant de son cancer du sein, malgré la chimio, malgré l’Herceptine et malgré l’amour de ses proches…

    Et oui, c’est déraisonnable mais c’est ça qui je crois nous fait toutes tenir l’ESPOIR…

    Courage Melilotus

    J'aime

  2. Isasuisse dit :

    Tu as exprimé avec efficacité ce que je pense aussi, je n’en dirai pas plus. Pas de pathos, les mots de MDA le montrent:
    « Ça y est, j’ai compris. Je suis sur l’autre versant. Ce n’est pas si terrible. Je vais mourir bientôt ».
    Respect, admiration et grand sourire amusé, c’est ce qu’on lui doit!
    Isabelle

    J'aime

  3. yelena dit :

    Oui, j’avoue, j’étais en traitement en même temps,(découverte du cancer fin avril 2009) donc lu vers février 2010, j’avoue que pendant, cela m’aurait découragée.Ensuite, je dirais que le blog m’a
    ouvert les yeux sur ce qui peut arriver. Mais courageuses celles qui le lisent pendant leur traitement.Oui, ce fut court, effectivement….9 mois….

    J'aime

  4. chartres dit :

    Je lisais son blog et en étais une fidèle consommatrice.Un lien virtuel s’était crée entre nous et j’ai tenu à être de ceux et celles qui lui ont dit adieu aux Batignolles. Pour témoigner de ce que
    m’a apporté MDA, je vous envoie copie du dernier message que j’ai laissé sur son blog.
    Blogeuse parmi tant d’autres, qu’avions nous donc en commun pour que vos messages deviennent, au fil des posts, un remède presque suffisant et nécessaire ?
    En fait, nous étions, si j’ose dire, des « sœurs d’armes », unies par/dans une même pathologie : le K du sein.

    La fin des traitements a fait de moi un être sans force, épuisée par une chimio qualifiée d’offensive. Offensive contre moi, oui ! Contre le crabe ? Je ne sais pas encore, pas assez de recul et les
    caps difficiles ne sont pas encore franchis.
    Perdue, anéantie, sidérée par la nouvelle et solitaire dans ma réflexion, j’ai un jour tapé sur le clavier de mon ordinateur : cancer du sein blog….et c’est ainsi que j’ai découvert votre blog et
    d’autres aussi.
    Pourquoi avoir installé le vôtre dans mes favoris ? Je ne sais pas encore très bien. Votre talent d’écriture ? Votre jeu avec et sur les mots et les verbes ? Votre humour ? Votre sens de la vie, de
    la dérision ? Ce besoin de GRANDIR ? Ai-je moi aussi grandi en vous lisant ? C’est probable .Seriez vous devenue ma journaliste d’une vie de cancéreuse m’évitant ainsi d’écrire mon propre journal ?
    A chaque lecture j’ai puisé dans vos messages de l’énergie voire parfois un sourire ! Pendant ces longs mois, je suis devenue une blog addict , une consommatrice de votre blog, ne postant que très
    rarement.
    Vos messages se sont ensuite e espacés et je me suis unie virtuellement à cette communauté des veilleurs jusqu’au jour où nous avons su que vous étiez partie…

    Je ne parlerai pas des larmes qui ont perlé dans mes yeux secs pourtant depuis plusieurs mois. Il s’est alors imposé comme une évidence que, de ma province pas si lointaine, je devais me rendre aux
    Batignolles pour vous saluer .J’avais usé et abusé de vos posts, je me devais de vous en remercier. Cette cérémonie des adieux a été décrite et je ne reparlerai pas de cette fraternité, de cette
    tendresse exprimée. J’ai retrouvé quelques blogeuses .Nous avons un peu (trop peu) échangé…

    Merci Madame pour tout ce que vous avez su donner .Merci et adieu .Que ce séjour sur « l’autre rive » vous soit doux.
    Chartres

    J'aime

  5. chartres dit :

    Oui, j’en lisais d’autres bien sur dont le vôtre et j’ai déjà envoyé au moins un commentaire sur votre blog au sujet des lectures (Carrère etc…).Je ne sais plus si j’avais posté sous ce pseudo. A
    bientôt!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.