Dormir, enfin ?

Je n’ai jamais bien dormi.
Même enfant.
Sauf qu’avec le cancer, ça a pris une proportion qui a envenimé ma vie. Fatigue permanente. Irritabilité +++.
Au point d’avoir pris depuis presque 2 ans toutes sortes de médicaments pour dormir. Chaque soir. Sans exception.
Des forts, des pas forts, des qui sont contre-indiqués plus d’un mois mais qu’un généraliste m’a donné allègrement, des avec des plantes, des homéo-machins, …
Accro complète, au point de ne jamais rien prendre avant d’aller me coucher.
La machine s’est détraquée.

Chronologie :
Annonce du cancer : nuits blanches les premiers jours, ça va de soi.
Pendant les chimios : cortisone et tracas (litote) perturbent pas mal le sommeil. Mais je le trouve quand-même.
Fin des traitements : Je vois le bout du tunnel, est-ce cette lumière aveuglante qui m’empêche de retrouver le sommeil ? C’est là que commencent vraiment mes insomnies. Ce qui me fait enrager,
évidemment. Puisque je suis ‘sauve’, pourquoi je n’arrive pas à ‘débrayer’ ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit : mon cerveau ne semble plus connaître la touche ON/OFF ! Il pète la forme et fait la nique à mon corps éreinté.
Le pire, c’est que je ne pense pas à des choses angoissantes (mort, maladie, etc…). Non, non, plus maintenant en tous cas. Juste je pense à des tas de trucs nuls, je revis ma journée ou je pense au lendemain.

Donc,  j’ai tout (ou presque) essayé : accupuncture, médocs, tisanes, shiatsu, relaxation guidée, sport, douches, changement de lit, surtout ne pas prendre d’excitants (café, thé) après 15h30, température de la chambre, massages, se coucher tôt, se coucher tard, faire l’amour, lire, écouter de la musique douce, etc…
Et bien il n’y a que les médocs qui marchent.

Je sais aussi que je suis addict psychologiquement, c’est-à-dire que ce que je prends actuellement est peut-être du pipi de chat (ma toubib vénérée m’assure que non, et je veux la croire) mais je ne peux pas aller me coucher sans en prendre.
Elle me dit aussi que c’est sans danger. Comme du pipi de chat (quoique!). Sauf que ça marche. Sauf quand ça ne marche pas, alors j’ai le plan B, pas pipi de chat du tout, avec une bande rouge sur la boîte. Et là, ça marche, mais pas tout le temps. Grrrrr !

Jusqu’à hier, où je me suis dis que j’essayerai bien rien.

Et ça a marché !

Victoire ! :o))))))))))))))))))))))))))

C’est trop trop bien de se dire que la machine se remet à fonctionner.
Oui, oui, je sais, ne pas crier victoire trop vite…

Ce que je sais aussi, c’est que regarder un écran d’ordinateur avant d’aller se coucher, est catastrophique…

Publicités

6 réflexions sur “Dormir, enfin ?

  1. Marielea dit :

    ha!chouette! quelle belle nouvelle! oui ma méli, on avance, on avance.. bon, nous avons bien un petit coup oeil dans le rétroviseur.. et je compatissais bien avec toi de ces nuits blanches ..
    maintenant,tu dors comme un bébé? un loir ? une marmotte ?

    J'aime

  2. yelena dit :

    Je rigole pour votre réponse précédente, plan B , grrr. Oui, je ne devrais pas le dire, mais j’en suis au plan B … J’en ai besoin, j’adore dormir, et vu les températures, hiberner quoi !!! Pas
    s’en vouloir Melilotus, s’aimer avec ses faiblesses, ce que nous avons eu à assumer, pas de la tarte ….ça viendra, mais comme dit mon onco, patience, vous ne l’êtes pas …J’essaie docteur !!!
    Bonne prochaine nuit . Yelena

    J'aime

  3. isasuisse dit :

    Ah les nuits de folie à se demander si on dort un peu, à se dire que non dsans doute, à espérer le matin… tu connais le proverbe de l’insomniauqe selon Philippe Geluck?
    « plus que zéro dodo et ce sera déjà demain » ;-))

    Dans mon escarcelle de solutions:
    – se relever, manger une pomme (ou des biscuits ou du choc, je parlais de la pomme pour faire ma madame qui se nourrit bien) en lisant et attendre le coup de fatigue
    – les mixtures homéo-phyto, parfois ça marche, parfois non
    – les soirées hyper zen où on mange tôt, ne s’énerve sur aucun sujet, ne surfe pas sur internet
    – le système B, c-à-d le somnifère quand ça fait la 2ème ou 3ème nuit, mais quand il me reste plus que 6h avant le réveil, car sinon c’est l’horreur
    – la saine fatigue par exempkle après une journée de ski.sport-marche, on dort mieux

    Voilà mes recettes persos qui ressemblent aux tiennes!!

    Sinon le plus beau texte à ce sujet: La nuit de GCM

    Ça commence par un moment de flottement quand le soleil recule
    Un parfum d’hésitation qu’on appelle le crépuscule
    Les dernières heures du jour sont avalées par l’horizon,
    Pour que la nuit règne sans partage , elle a gagné , elle a raison
    En fait j’aime cette instant , j’ vois le changement d’atmosphère
    Et si j’y pense un peu j’ me demande comment ça peut se faire
    Ce miracle quotidien ,le perpétuel mystère qui fait qu’en quelques secondes on passe du coté obscur de la terre
    Voici une note pour la nuit, les nuits, les miennes les tiennes
    Je ne sais pas comment tu les vis moi mes nuits m’appartiennent
    Je les regarde je les visite c’est mon royaume mon château
    Je les aime et c’est tant mieux parce que j’aime pas me coucher tôt
    J’ te parle pas des nuits parisiennes, des lumières et des décibels
    J’ préfère celles du silence et d’ la pénombre qui est si belle
    J’te parle pas des nuits en boite, celles des branleurs et celles des poufs
    Je préfère les trottoirs vides quand la ville reprend son souffle
    Comment exprimer ce que la nuit m’inspire
    Ce qu’elle nous suggère et ce qu ‘elle respire
    Ce moment d’obscurité qui met en lumière nos fissures
    L’ambiguïté en manteau noir, la nuit fait peur, la nuit rassure
    En tout cas c’ qui est sur c’est qu’elle influence nos cerveaux
    Prend pas de grandes décisions la nuit tu sais jamais ce que ça vaut
    Pourtant elle peut être parfois un moment d’ extrême lucidité
    Et c’est souvent la nuit qu’ tu crois détenir la vérité
    Chaque nuit la suspicion fête son anniversaire
    Et quand tu croises un mec dans la rue il te matte comme un adversaire
    Y’a des regards méfiants, menaçants ou pleins de panique
    En tout cas c’ qui est bien la nuit c’est qu’ y a personne sur le périphérique
    Et si t’as pas de voiture surtout loupe pas le dernier métro
    Sinon tu raques un taxi ou tu dors avec les char – clo
    Tu découvres alors que la lune n’est pas toujours blonde
    Tu découvres la vraie nuit, son vrai rythme et son vrai monde
    C’est vrai que la faune de la nuit est assez particulière
    Y’ a ceux qui taffent ,y’a ceux qui sortent pour voir les putes ou boire une bière
    La police est là aussi alors on peut se manger quelques claques
    Quand on répond un peu trop fort lors d’un contrôle de la BAC
    Dans ta nuit la journée qui vient de finir se reflète
    Tu fais ton p’tit bilan , journée de galère ou jour de fête
    Si t’as peur du lendemain tu penses aux proverbes un peu balourds
    « la nuit porte conseil » ou bien « demain il fera jour »
    Voici une note pour la nuit, douce nuit d’été, ou longue nuit d’hiver
    Nuit calme et reposée ou nuit trop riche en faits divers
    Nuit blanche lors d’une nuit noire où même la lune s’est dérobée
    J’ te propose juste quelques photos de notre monde , face B
    Voici une note pour la nuit qui nous a vu remplir tellement de pages
    Qu’à cet instant je la fixe sur ma feuille comme un hommage
    Elle offre au poète tellement d’heures sans bruit
    A c’ qui parait la nuit tous les stylos sont pris

    QQues erreurs car texte pris sur Internet … tt est dit, je trouve¨
    Bises
    Isabelle

    J'aime

Les commentaires sont fermés.