Les trois modèles de Hollender

Aïe aïe aïe, dans quelques jours, je vais voir ma nouvelle oncologue, que j’ai déjà vu mais dans de si mauvaises conditions, que je préfère effacer l’ardoise, et dire ma nouvelle oncologue.

J’ai appris par la secrétaire, que la consultation durait une heure pour un nouveau patient.
Fichtre !
Du luxe évidemment, pour moi qui ne soit plus malade (si si !). Je n’ai eu droit à une heure que la première fois avec ma première oncologue. Ensuite, c’était environ 10 minutes pendant les traitements. Je ne rigole pas. Celles qui sont passées par là le savent. Ils sont blindés de boulot, alors ça turbine.
Et là, étant donné qu’une des 3 oncologues est partie (la mienne, vous suivez ?), elle se récupère les ‘vieux’ malades comme moi.

Mais alors, qu’allons-nous nous dire pendant une heure ?…

Je suppose qu’on parlera courbe de survie, je rêve de m’entendre dire de douces choses sur le sujet… Allez, madame l’oncologue, vous pouvez me mettre dans la poche avec presque rien, quelques chiffres sympas et hop !…

Et que va-t-elle me dire sur mes douleurs au sein sain ?
Que c’est sans doute rien mais qu’il faut vérifier ?

Mais on a déjà vérifié !

Suspense terrible…

Ah la la, je languis…
Je me demande si je serai encore une petite fourmi ?

J’avais déjà remarqué que la relation que j’avais eu avec ma chirurgienne était extrêmement différente 18 mois après mon opération. Sans doute étais-je moins ‘souffrante’, donc plus facile d’accès.
Je voyais qu’elle était plus sympathique, plus humaine,  allant même jusqu’à me parler de ses enfants. (Au passage, elle m’avait dit qu’elle était moins débordée à l’hôpital qu’avec ses enfants le mercredi !)
Cette relation patient-médecin, fait couler beaucoup d’encre. Et s’étudie
dans les universités.
Ainsi, selon Hollender, je serai passée dans la relation entre adultes, après avoir été bébé, puis enfant ?… Chic !

Vous avez peut-être remarqué que je n’utilise jamais le terme de ‘crabe’.
Je le trouve inadapté, déplacé.
Comme si le cancer était un jour rentré dans mon corps pour le détruire ? On sait bien que non.
Oui, je sais, c’est une image, une mise à distance. Mais je n’aime pas.

Quant à ‘crabologue’, alors là, je trouve ça pire que tout ! Une pirouette verbale, un nom ‘marrant’ comme pour dire que tout ça n’est pas si sérieux, qu’il vaut mieux en rire, etc…
Ouais ben moi, j’en ris pas !
J’ai eu un cancer et j’ai un oncologue.

Que je vois donc vendredi, et je vous raconte tout ce week-end, promis !

Publicités

5 réflexions sur “Les trois modèles de Hollender

  1. IsabelleDeLyon dit :

    Je trouve ça bien de consacrer du temps à une nouvelle patiente pour mieux voir où elle en est psychologiquement, moralement, physiquement. C’est si important.
    J’espère que le courant passera entre vous deux.
    Moi crabe, cancer, ald, crabus, tout me convient, il désigne mon adversaire que je déteste et qui m’oblige à cohabiter. Parfois un peu de dérision amène un peu de légèreté dans nos relations!!
    Mais nous avons chacune un ressenti tellement différent, le principal est d’avoir la pêche et d’être en pleine forme.

    J'aime

  2. isasuisse dit :

    Que cette rencontre se passe bien! Vu que le contexte a changé, cela va être tt autre, comme tu l’écris; tu fais maintenant partie des aguerries du cancer si on peut dire, on devient presque des
    spécialistes de la chose ;-((
    Mon onco à moi n’a pas changé, on s’entend bien, mais on se torture de temps en temps: moi avec mes demandes d’exams supplémentaires, et de tests génétiques et de prolongation des anti-hormones etc
    lui avec ses arguments que cela ne sert à rien ou qu’il va se renseigner au cas où tout de même …

    Liste tes questions jusqu’à vendredi!

    Intéressante la courbe de Hollender. Tu connais la PNL (programmation neuro-linguistique) ?
    @ bientôt
    Isabelle

    J'aime

  3. halize dit :

    un petit coucou juste avant ce grand rendez vous. J’espère qu’elle te donnera plein de bonne nouvelles.
    je t’embrasse et te dis belle journée
    Martine

    J'aime

  4. yelena dit :

    Bonsoir. Oui, j’aime bien le terme « une vieille patiente ». Au départ, dans cette maladie, ce n’est pas évident, pour nous, alors ça, j’avoue que cela fut des plus durs, et il est clair, avec un
    oncologue, autant que cela se passe le mieux possible, car on n’a pas eu un simple rhume … Toutefois, c’est vrai que je n’aimerais pas changer à l’heure qu’il est car comme dans le petit Prince,
    l’apprivoisement a pris du temps, et qu’ ensuite, il devient « notre médecin spécial tout de même »… Je suis suivie à cause du traitement de l’herceptine toutes les trois semaines, je le revois,
    cela me rassure, pour le moment. Après, et bien, je crois qu’il va falloir être confiante, y croire,ne pas paniquer , on ne finirait plus, j’ai dit un jour, au radiothérapeute, j’avais mal partout
    à cause de la table si inconfortable et du froid qui règne dans ces endroits,j’ai l’impression d’avoir des métastases partout, il a souri … Oui, car le moindre truc qui ne va pas, ça y est, on a
    la trouille. C’est normal que le rendez-vous dure une heure, car déjà pendant un bon bout de temps, il ou elle lit le dossier, ça leur prend du temps, ils ne le font pas avant mais pendant qu’on
    est là, il découvre le dossier et le patient. Pas besoin de se dire, ça craint. Je me souviens de la première fois, il avait le nez plongé dans le dossier, et à l’heure qu’il est , je n’ai toujours
    pas résolu l’énigme, je lui parlais reprise boulot avant chimio, il a crû entendre autre chose, il me dit 5 à 7 ans. Je voulais simplement savoir combien de temps il fallait compter pour l’arrêt de
    travail….Le chirurgien m’avait répondu, je ne suis pas une boule de cristal, 5ans … En fait, personne ne peut savoir. Normalement, sauf cas de maladie très avancée,les médecins s’avancent sur
    une durée. mais sinon, jamais. Donc, pas de crainte à l’avance. Inutile. Ma soeur vit ça depuis 15 ans. Tout va bien. il s’agit d’un contrôle et il est important d’être rassurée. Amicalement,
    yelena

    J'aime

Les commentaires sont fermés.