Rencontre

Hier, j’ai revu une personne que j’avais rencontré en chimiothérapie, il y a 18 mois, et qui a un ‘parcours cancer’ bien plus douloureux que moi. Nous nous revoyons de temps en temps, moi sortie d’affaire pour le moment, elle, avec des traitements à n’en plus finir.
En quelques mots, elle a été soignée il y a 18 mois, pour un cancer dont les médecins lui pronostiquaient 98% chance de guérison… Et elle a donc fait partie des 2%, puisqu’elle a récidivé assez vite. On lui a même trouvé dans la foulée un deuxième cancer indépendant du premier.
Hum, hum, faire partie des 2%, pas de quoi vous remonter le moral, hein ? Déjà qu’on se pose souvent la question du ‘pourquoi moi’ quand le cancer vous tombe dessus, mais là…
Elle était pas mal déprimée il y a 18 mois, malgré ce chiffre de 98% que j’aurai bien aimé, moi, qu’on me donne ! moi, c’était 63 %, et pas de ‘guérison’, mais de ‘récidive’. Là, je la retrouve
avec 5 mn de cheveux sur le caillou, et toute péchue :

moi : Comment vas-tu en ce moment ?
elle : Ca va ! Je suis en radiothérapie, je vais à Lyon tous les jours en ce moment.
moi : A Lyon ????? Tu pouvais pas plus près ? C’est pas trop pénible ?
elle : Non ! Y’avait plus de place à V…, mais c’est vite fait, c’est 1 heure et demi l’aller, ça va. C’est vite fait.
moi : …?…
elle (en rigolant) : t’as vu mes marquages ? (elle m’élargit son décolleté, me dévoilant marquages, pansements, cicatrices, torse nu)
moi : Tu n’as pas eu de tatouages ?
elle : Ha non, j’ai pas voulu, tu rigoles, l’horreur, toute ta vie, t’as un truc sur toi qui te rappelle que t’as eu un cancer, ah non !

Voilà.

Pour ceux qui ne connaissent pas et qui voudraient savoir à quoi ressemble un torse ‘marqué’ pendant une radiothérapie, ça ressemble un peu à la peinture de mon petit bout d’chou.
Si, si !