Pas de mea culpa

Pourquoi la culpabilité ne m’atteint pas ?
(Sans rire, je me le demande souvent.)

C’est du Confiteor que vient le célèbre « Mea culpa, mea maxima culpa » (« c’est ma faute, ma très grande faute ») que le fidèle dit en se frappant la poitrine.
Ha et bien c’est peut-être parce que je ne suis pas allée à la messe enfant.

Je ne culpabilise pas d’avoir fumer beaucoup et longtemps, de ne pas avoir pris spécialement soin de moi pendant 40 ans, d’avoir fait un cancer, de m’énerver un peu trop parfois, …

Pour ce qui est de mes enfants, j’ai la sensation de faire tout ce qui m’est possible pour être une ‘good enough mother’.
Ca peut paraître présomptueux mais je m’en fiche. De toutes façons, personne ne peut être objectif sur soi-même.
(« Quoique vous fassiez, vous ferez mal. » disait Freud.)

C’est un étonnement à chaque fois que je lis ou entend des gens qui disent que le bouquin ‘Anticancer‘ de David Servan-Schreiber les culpabilisent. En général, je ne me lance surtout pas dans le débat, car je sais que le problème est insoluble.
Qu’on ne veuille pas suivre ses recommandations, je peux le concevoir, mais dire que c’est culpabilisant, comme c’est curieux.
Je suis les recommandations de DSS non pas parce qu’il me culpabilise si je ne les suis pas, mais parce que je suis heureuse de les suivre.
Autrement dit, quand je fais du sport, c’est pour me faire du bien.
Et quand je mange des brocolis, j’ai vraiment la sensation de donner ce que mon corps a besoin. Si c’est des conneries, après tout, tant pis, l’important, c’est la sensation de bien-être que j’ai, non ?
La trouille ENORME d’une récidive est atténuée grâce à toutes ces petites choses au quotidien. Je me sens un peu protégée. j’agis.

Et puis beaucoup de détracteurs se focalisent sur l’aspect bouffe. Alors que ce n’est qu’un quart des propos de DSS. Mais la bouffe retient toute l’attention, car elle est sacralisée, comme un dernier bastion.
Alors pour pas mal de gens, se nourrir selon les recommandations de Béliveau et DSS se résumerait à manger triste, fade et dégueu. C’est exactement ce que beaucoup de gens pensaient avant, à propos des végétariens.

Ce n’est pas parce qu’on mange du poisson, des légumes et des fruits en grande quantité, y compris des pommes-de-terre, qu’on met de l’huile d’olive et du thym dans la salade, qu’on boit du thé vert, qu’on utilise de la farine T80, qu’on fait des gâteaux aux noix ou aux framboises, que le chocolat est noir à 70%,  qu’on bouffe triste !

Ha oui, biensûr, on nous dit aussi qu’il faut pas manger à McDo, que les graisses hydrogénées sont à proscrire, que les pâtisseries c’est pas top, etc… Bien oui. Quelque chose à redire ?
Et puis il m’arrive souvent de faire des petites exceptions à la règle, juste pour la confirmer. Et sans culpabiliser.
Par exemple, là, aujourd’hui, vue la neige qui tombe, et bien, mon tour de vélo, il saute. Et si ce soir, nos amis nous font une tartiflette, je m’en régalerai. Si, si. C’est possible !

Biensûr que la tendance à culpabiliser se soigne, comme le cancer !

Voici une photo des oeufs comme je les aime, avec une petite plume restée collée…

4 réflexions sur “Pas de mea culpa

  1. halize dit :

    bravo et merci.
    J’ai bien ri en te lisant.
    Moi non plus je ne culpabilise pas et je ne pense pas avoir fait quoique ce soit pour avoir ce cancer,quoique …..mais c’est une autre histoire.

    au contraire savoir que j’ai la possibilité de faire quelque chose pour aller encore mieux me booste!!! et là je me sens partie prenante dans ma guérison mais ça n’engage que moi.
    bonne nuit

    J'aime

  2. Lumine dit :

    Moi je crois que j’ai bu des tonnes de litres de lait, des tonnes de yaourt, trop de fromage, trop de viande. Mais tant pis pas de place à la culpabilité, on ne savait pas. Menteuse… on ne
    pouvait pas, on ne voulait pas entendre, c’était trop bon. je pense que pour accepter le changement radical de régime alimentaire, il faut être comme nous au pied du mur. Ensuite je suis
    entièrement d’accord avec toi ; je n’y vois aucune contrainte, je ne me sens pas frustrée, nos assiettes sont garnies de très bonnes et savoureuses choses. Quant aux écarts je vais vous raconter
    mon premier vrai écart(depuis une année d’expérience) qui date de ce weekend ! Nous étions invités chez les parents de la chérie de mon fils pour faire connaissance et je me suis dit que je
    n’allais pas faire la « chieuse » qui refuse un aliment sur deux (je fais un régime sans blé ni produits laitiers)et j’ai fait comme tout le monde avec modération. J’ai même mangé des huîtres, les
    dernières consommées au détour d’un énorme plateau de fruits de mer il y a bientôt 2 ans pour fêter mes 50 ans m’avaient laisées sur le flanc. Et là me direz-vous ? Idem, nous sommes repartis de
    chez eux et dans les 5 minutes arrêt d’urgence pour que ce beau repas plein d’écarts repasse par la voie d’entrée. Mais je n’ai aucun regrets, même après 3 autres arrêts d’urgence. Les huîtres
    étaient merveilleuses en bouche (même si je pense que ce sera les dernières, justement s’en souvenir comme quelque chose d’exceptionnel), la tapenade sur les toasts, le filet de crème dans le sauté
    de veau aux olives, la tarte au chocolat (4ème gâteau ingurgité depuis un an pour les grandes occasions) et aux poires fondantes, j’avais refusé les 2 boules de glace vanille, raisonnablement.En
    conclusion, aucun regret ; en plus j’ai fait l’expérience du « retour » des aliments d’un estomac qui a été « entaillé » il y a un an et rien ne s’est passé, aucun retour d’agraphes !
    Je suis rassurée car je dois vous avouer j’appréhendais ce moment.
    Merci pour ton billet qui m’a bien fait rire moi aussi !

    J'aime

  3. Isasuisse dit :

    Me font sourire aussi: les gens qui TE culpabilisent en TE disant que « bon, oui, ils comprennent, qu’eux aussi, sans doute, s’ils étaient dans TA situation feraient la même chose, mais que, bon, D
    S-S, quand même, eh bien, il exagère, et que c’est pour vendre son livre, et que c’est facile pour lui parce qu’il a de l’argent, et qu’il est connu, et que …. c’est p’t être pour ça finalement
    que lui s’en est sorti » … GROS SOUPIR!

    J’adore les framboises, un excellent prétexte pour en acheter même si c’est cher;-)))))
    J’adore aussi le sucre, et là c’est plus dur, alors j’essaie de me récompenser avec du très bon chocolat noir, et des méalanges de fruits sacs bios à se damner.

    Je suis faible, j’avoue, j’ai tenu 1 an tt de même un régime Seignalet (L?alimentation ou la 3ème médecine)pendant les chimios: résultat super, mieux supporté les ttt, et la sensation de faire
    vraiment qqch par moi-même pour ma guérison. Mais là aussi, qques couacs familiaux et amicaux sur ma lubie;-)

    Bons gâteaux noix-chocolat noir et une superbe année 2010 et tout et tout!
    Bises de fête
    Isabelle

    J'aime

Les commentaires sont fermés.