Plus ‘bourrée de complexes’…

« Bourrée de complexes
Elle a bien changé
Faut la faire psychanalyser
Chez un docteur pour la débarrasser
De ses complexes à tout casser
Sinon elle deviendra cinglée… »

Bon, je n’ai pas fait comme la chanson de Boris Vian, enfin pas encore !

Car adieu mes complexes depuis que le cancer est passé par là. Tout-à-coup, on se voit autrement, dans tous les sens du terme. Et alors, pourquoi se prendre la tête ?
Tout ça devient tellement ridicule.
J’avais par exemple toujours trouvé mes jambes vilaines, ou plus précisément mes mollets horribles. Alors ça faisait 20 ans que je ne portais plus de jupe ou robe, faut vraiment être trop con !
Et je vous passe d’autres trucs aussi couillons.
Déjà que je ne peux plus me permettre de décolleté.
Heureusement, tout ça est révolu. Youpi ! Oui, je sais, c’est une compensation que j’essaie de valoriser, je le sens bien, car après tout, je préfèrerais des pantalons à vie contre une vie sans cancer mais complexée ! Mais faut positiver, non ?

Pour revenir à Boris vian, il a été atteint très jeune de cardiopathie. Cette maladie l’a poursuivi toute sa vie. Son oeuvre si hétéroclite, reflète cette urgence de vivre.  Il disait toujours qu’il n’atteindrait jamais 40 ans… (Ce fût le cas.) N’empêche qu’il était trompettiste, pas mal, non, pour un cardiaque ? Repenser à ‘l’Ecume des jours’ par exemple, à travers ce prisme… Humm, cela me donne envie de replonger dans ses romans qui m’avait tant plus ado.
(Surtout ‘Et on tuera tous les affreux’, hé hé, et ceux qui ont des complexes, alors ?!)
En attendant, mes enfants adorent ses chansons, ça me remplit de bonheur, en particulier ‘la java des bombes atomiques’ un grand classique lors des longs trajets en voiture.

3 réflexions sur “Plus ‘bourrée de complexes’…

  1. Lumine dit :

    Adieu les complexes, bienvenue à la légéreté  et à la chansonnette,
    «  petit air joyeux qui rend heureux, ma chansonnette, elle console les gens qui n’ont pas… » de chance.
    Sifflotons, fredonnons ensemble, rions « toute la vie » et oublions nos soucis.
    Mains aux hanches, petits mouvement de côté, vive la java des bombes atomiques.
    Merci à http://www.deezer.com, qui me permet de te lire et d’écouter Boris Vian en même temps.
    Youpi !

    J'aime

  2. Cathie dit :

    La mastectomie nous demande quelquechose de pas ordinaire : nous apprivoiser… et ce qu’on obtient est surprenant : se sentir bien dans sa peau. Il existe qques études qui disent que le
    « self-concept » des amazones serait meilleur que les femmes non touchées par le cancer. On y arrive peut-être parce qu’on est obligé d’y travailler. Mais quelle liberté quand c’est assimilé ! C’est
    vraiment toi qui choisis ce que tu fais de ton corps, reconstruction chirurgicale ou mentale, te promener avec 1 ou 2 seins, en jupe ou en pantalon… tu seras la reine😉

    J'aime

Les commentaires sont fermés.